« Pas ce soir Chéri, j’ai la migraine »

La société moderne nous demande d’être des épouses, des mamans, des travailleuses, des ménagères, des femmes sexy... Or nous avons, en général, tendance à nous mettre bien loin sur la liste des priorités.

Conserver une sexualité épanouie permet de se réapproprier son corps, se sentir désirée, rester proche de son conjoint malgré le chamboulement hormonal et l’agrandissement de la famille.
Evidemment il ne faut pas se sentir une quelconque obligation et le vivre comme un devoir conjugal, il suffit d’en prendre conscience et d’en discuter.

Pour aider à cette prise de conscience, voici quelques contre-arguments :

  • L’argument « fatigue » : le sexe libère des hormones « du bonheur » et vous permet de ressentir une bonne fatigue, plutôt qu’un épuisement moral.
  • L’argument « prise de poids » : le sexe permet de brûler de nombreuses calories.
  • L’argument « les enfants ne sont pas loin » : un enfant sera bien plus marqué d’entendre ses parents se disputer plutôt que les entendre faire l’amour.

NB : de nombreuses études indiquent que le sexe serait un très bon remède contre les migraines, aussi efficace qu’un ibuprofène… à bon entendeur, amusez vous bien !

« Alors, toujours personne dans ta vie ? »

Non le célibat n’est pas une tare, il peut être un choix de vie et oui, on peut être célibataire et heureux(se).

En amour il en faut pour tous : âge, physique, sexe, habitation, routines… Le célibat tout comme la polygamie est une manière de vivre. Encore faut-il l’accepter et donc, bien le vivre.

Pour construire une relation amoureuse, il faut tout d’abord s’accepter soi-même. Si on ne s’aime pas, comment demander à une autre personne de nous aimer ?

Peut-on être heureux célibataire ?

On peut être heureux célibataire tout comme on peut être malheureux en couple. Il faut juste que ce soit un choix et l’assumer. Ce n’est pas pour autant que l’on souhaite que ce soit une situation durable dans le temps. Mais il y a des périodes de notre vie où il est préférable de se recentrer sur soi avant de faire entrer quelqu’un dans sa vie.

UN CELIBATAIRE EST QUELQU’UN QUI, CHAQUE MATIN, ARRIVE AU TRAVAIL D’UNE DIRECTION DIFFERENTE.

Sholem Aleichem

Comment assumer son célibat face à la famille et aux amis ?

Les célibataires dérangent parce qu’ils s’assument justement, parce qu’ils n’ont besoin de personne pour exister et pour la plupart des gens « ce n’est pas la norme » parce que « pour être heureux il faut être en couple ». Le monde change sur plein de sujets et sur celui-ci aussi. Malgré tout il va falloir encore du temps pour que le célibat ne soit plus tabou.

POURQUOI LES PERSONNES EN COUPLE DEMANDENT TOUJOURS AUX CÉLIBATAIRES COMMENT VONT LES AMOURS, EST-CE QUE NOUS ON LEUR SAUTE DESSUS POUR SAVOIR S’ILS BAISENT ENCORE ?

Le journal de Bridget Jones

Comment gérer sa sexualité quand on est célibataire ?

La sexualité de nos jours est bien plus libérée, il est très facile d’avoir des relations ponctuelles ou régulières avec d’autres personnes sans pour autant être en couple. Malgré tout il peut y avoir des manques. Un rapport sexuel, même avec une personne qu’on apprécie, sera forcément très différent d’un rapport avec une personne aimée.

UN COUPLE N’EST VRAIMENT QU’UN COUPLE QUE S’IL TRANSPIRE.

San Antonio

Quels sont les inconvénients du célibat ?

Cette pression sociale, le fait de déranger quand on est en famille ou avec des amis, parmi des couples.
Certaines personnes peuvent être mises à l’écart par des amis parce qu’en tant que célibataires, elles deviennent un danger pour les couples, comme si le célibat était contagieux et menaçait leur couple d’adultère ou de séparation.
Financièrement c’est plus compliqué aussi, la plupart des offres de voyages par exemple sont pour un couple, acheter une maison seul est très difficile aussi, comme si ce statut ne devait être que temporaire.

LE MARIAGE ET LE CELIBAT ONT TOUS DEUX DES INCONVENIENTS ; IL FAUT PREFERER CELUI DONT LES INCONVENIENTS NE SONT PAS SANS REMEDE.

Nicolas de Chamfort

Quels sont les avantages du célibat ?

La liberté, la solitude, se construire soi-même, apprendre à s’écouter à s’aimer, se satisfaire du temps passé seul. Apprendre à apprécier les relations humaines, famille et amis, sans pour autant devoir partager avec quelqu’un. Se satisfaire soi des moments présents, sans chercher à satisfaire une autre personne.

L’AVANTAGE D’ETRE CELIBATAIRE, C’EST QUE, LORSQU’ON SE TROUVE DEVANT UNE TRES JOLIE FEMME, ON N’A PAS A SE CHAGRINER D’EN AVOIR UNE LAIDE CHEZ SOI.

Paul Léautaud

Quel conseil donnerais-tu à un célibataire aujourd’hui ?

Quelque soit la raison de ce célibat, je conseillerais aux célibataires de prendre le temps d’être bien dans leur propre vie avant de la partager avec une autre personne. Trop de personnes se mettent en couple ou s’installent par confort, par habitude, sans mesurer l’impact pour la suite. Le célibataire, avec le temps, saura se satisfaire de son statut. Et s’il le souhaite, sera prêt pour ne pas être un « trop » pour l’autre mais être le « plus » dans la vie de cet autre.

LE PLUS DIFFICILE DANS LA VIE D’UN COUPLE, C’EST D’OSER VIVRE PLEINEMENT A TROIS. TOI, MOI ET LA RELATION QUI NOUS LIE ET NOUS MAGNIFIE.

Jacques Salomé

Objectif en vue !

Durant les prochaines semaines chez moi, je me suis dit qu’il serait opportun de me fixer des objectifs à très courts termes. Des objectifs réalisables en un mois mais pour autant demandant un suivi quotidien pour voir le progrès. Avoir un but est une manière positive d’avancer et durant cette période un « chouïa » difficile, une solution comme une autre pour moins subir.

Ce pourrait être apprendre à jouer un nouveau morceau de musique, lire un roman, apprendre à faire le poirier. La thématique de mon travail étant la sexualité et la relation de couple, je vous propose ici quelques idées pour vous inspirer.

Objectif « pimenter sa vie sexuelle en couple » :
– lundi : séance photos
– mardi : essayer une nouvelle position
– mercredi : faire des jeux de rôle
– jeudi : cuisiner à deux
– vendredi : prendre une douche ensemble
– samedi : avoir un rapport sans pénétration

dimanche : jour off
– battre son record hebdomadaire de rapports sexuels toutes les semaines

Objectif « célibataire pas trop à cran » :
– gérer sa sexualité en solitaire pour éviter les désagréments au moment de la reprise de la sexualité à deux
– varier les plaisirs (accessoires, films…)
– jour off

Objectif « cultiver une relation à distance » (loin ou pas de toute façon le problème est le même quand on n’a pas le droit de voir des gens…) :
– discussions en visio
jeux amoureux en visio ou par téléphone
– cuisine et repas en visio
– s’envoyer des lettres / des photos


L’idée est de garder les habitudes sans trop en rajouter. Pendant la journée vous travailliez avant le confinement, et n’étiez pas toujours dispo pour vous appeler alors faites pareil, appelez-vous le matin avant l’embauche ou les devoirs, le soir quand les enfants sont couchés. Organiser vous un repas en tête à tête par visio où vous pourriez vous apprêter pour lui plaire.

« Tout ce qui en vaut la peine, mérite la patience »

Anonyme


Chacun vit comme il le peut cette situation, il n’y a pas de cas plus facile qu’un autre. Essayez de trouver Le truc qui vous permettra d’attendre et au contraire, de profiter de cette période pour faire les choses autrement.

Profitez du soleil (mais protégez-vous), c’est bon pour le moral

« Adopte le rythme de la nature, son secret est la patience »

Ralph Waldo Emerson

Sexe, drogue et confinement

Depuis deux semaines maintenant, nous sommes tous chez nous. En couple, célibataire, avec des enfants, avec des animaux, avec de la famille, en colocation… Divers cas existent évidemment mais nous avons tous le point commun de ne pas pouvoir aller voir qui on veut quand on veut et ça, il faut le dire, ça va rendre la grande majorité de la population complètement folle à la sortie de cet isolement (si ce n’est pas avant pour certains !).


Tout d’abord il y a les familles, Chouchou, Loulou et leurs deux enfants.

Les enfants doivent faire école à la maison. Autant dire que, pour certains, c’est difficile de se dire qu’on doit bosser ses cours à la maison alors que la PS4 nous nargue. Mais c’est aussi très difficile pour les parents (pour la plupart qui ne sont pas instituteurs rappelons-le !), de s’improviser prof tous les jours durant plusieurs semaines à devoir expliquer des leçons qu’ils ont oublié il y a quelques décennies ! Bien sûr à ça, Chouchou et Loulou doivent télétravailler, téléphoner, faire des visios. Et en général tout ça dans la même pièce. Le joyeux bazard environnant finit par taper sur le système à quelqu’un (à voire tout le monde) et la tension monte.

Le pire… c’est que le lendemain… rebelote !

La tension, la mauvaise humeur, le fait d’être enfermé de manière imposée, ça crie, ça pète et bien sûr ça mine le moral de tous. Chouchou de replie sur elle même et ne dit plus rien. Loulou râle comme à son habitude mais a bien envie d’évacuer la tension le soir par une partie de jambes en l’air. Incompréhension pour Loulou qui découvre Chouchou cloîtrée dans son blues et ne veut pas… Loulou se renfrogne mais ne dit rien. Et… rebelote les jours suivants…

Cet exemple, aussi caricaturale soit-il, reflète le quotidien de beaucoup de couples ces derniers jours.

Le sexe apaise les tensions, l’amour les provoque

Woody Allen

Mais il y a aussi le Célibataire (homme ou femme bien sûr).

Comment fait-il pour assouvir ses besoins de câlins et de sexe avec ses « plans Q » ? Il use des vidéos sur le net, des sextoys (qu’il avait commandé avant qu’amazon limite ses livraisons), des sextos. Il prépare la sortie du confinement en posant des jalons sur tinder et autre adopteunmec. Tout ça tourne à l’obsession. Il se sent comme un ancien fumeur qui n’aurait pas de cigarettes avec lui pour le « au cas où » ! Il se dit qu’il n’arrivera plus à prendre de plaisir avec une femme à force de se masturber aussi fréquemment !

Le sexe, c’est comme la gourmandise. Quand c’est bon, on s’en suce les doigts

Frank-borklacq

Et enfin, ceux qu’il ne faut pas oublier parce qu’ils existent bien, les amants.
Ces deux personnes qui s’aiment et prennent du plaisir régulièrement mais, qui, bien évidemment, ne peuvent pas vivre ensemble durant l’isolement.

Chouchou aime Loulou. Chaque fois qu’ils se voient, elle vit mal la séparation, l’heure pour lui de retourner dans sa famille, dans sa vie réelle et officielle. Mais là, alors que Loulou est à longueur de journée avec sa femme et ses enfants, Chouchou devient folle ! Elle se dit que Loulou va se rendre compte qu’il aime encore sa femme et que Chouchou ne lui manque pas, qu’à la sortie du confinement il arrêtera cette amourette !

Loulou, lui de son côté, ne souhaite qu’une chose, que le confinement s’arrête pour quitter sa femme et avoir le droit d’aimer Chouchou librement. Mais cette situation les éloigne, ils ne peuvent pas s’appeler, le manque se fait ressentir sans pouvoir en discuter, se rassurer et se soutenir.

Le sexe est le baromètre des sentiments

Yann Moix

Quelque soit la situation, le confinement est une épreuve humaine individuelle et collective. Concernant sa sexualité et sa vie amoureuse en général, il est primordial de pouvoir en parler encore plus en ce moment. Par téléphone à un ou une amie (à un coach !), par chat ou message, à son ou sa compagne. Essayez de planifier vos journées pour garder un rythme et des habitudes. Et pour ce qui est du sexe, discutez. Peut-être, certainement même, que ça vous donnera envie mais peut-être aussi et certainement que ça vous aidera à relativiser, à comprendre, à accepter, à patienter.

Prenez soin de vous

Le sexe, ce pauvre instrument à qui nous demandons tant de plaisir, alors qu’il ne peut nous donner que le soulagement

Roger Fournier

Une nouvelle application de mise en relation

MyPrivateCoachApp est sortie aujourd’hui sur les stores. Pour l’instant en version de démonstration, elle sera fonctionnelle dès janvier.

Cela signifie que début 2020, tout le monde (habitant en pays francophones) pourra contacter un coach certifié dans des domaines très variés (sexualité, sport, bien être, cuisine…) et ce à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit (selon les disponibilités indiquées par le coach) par téléphone ou message.

Pour le lancement de cette application particulièrement novatrice, Bérénice, la fondatrice, a convié ses coachs premium et ses ambassadeurs.

En attendant d’être joignable depuis l’application et pour le plaisir des yeux, voici deux photos souvenirs (vraiment navrée pour la qualité, la lumière était très très basse) : Clara Morgane et Maxime Mermoz, ambassadeurs de MyPrivateCoachApp, merci à eux d’être aussi accessibles et de nous avoir fait passer un excellent moment.

Homme ? Femme ? Et pourquoi pas les deux ?

Trouver sa place dans notre monde exigeant, intransigeant, n’est pas toujours aisé. Certaines personnes peinent à s’identifier selon les critères conventionnels : homme aime femme, homme aime homme, femme aime femme, femme aime homme. Qu’en est-il des personnes qui aiment les deux sexes ?

9% des femmes disent avoir déjà eu une relation homosexuelle (selon une étude de l’Ifop réalisée en 2019, source : amp-sante.lefigaro.fr).

6% des hommes et 4% des femmes révèlent être bisexuels selon une étude de l’Ifop réalisée en 2016 en France (source : wikipédia.org)

La bisexualité n’est pas toujours facile à vivre. En effet il existe des hommes mariés avec une femme éprouvant le besoin d’avoir des rapports sexuels ponctuels avec d’autres hommes. La réciproque existe aussi évidemment. Dans des cas comme cela, le conjoint doit être au courant de la bisexualité de son partenaire et comprendre ses besoins. Si ce n’est pas le cas, le manque peut créé un déséquilibre de l’entente sexuelle du couple et la dégrader peu à peu.

Cette « frustration » pourrait être comparée à celle que ressent un homme qui ne reçoit jamais de fellation, une femme qui n’est pas souvent caressée… Dès lors que l’un des deux n’assouvit pas ses désirs, la base de la pyramide de Maslow n’est pas complète.

Pour ma part je suis hétérosexuel, mais il faut le reconnaître, le bisexuel a deux fois plus de chances le samedi soir. (Woody Allen)

« Quand la rivière est en crue, emprunte le chemin boueux » (proverbe chinois)

7 % des femmes pratiquent souvent le sexe anal et 20 % le pratique occasionnellement chez les femmes de plus de 30 ans. En effet, contrairement aux idées reçues et selon une étude de l’Ifop réalisée en 2019, les jeunes n’ont pas des pratiques sexuelles aussi ouvertes qu’on le croit. (Source : amp-sante lefigaro.fr)

Cette expérience peut apporter des sensations étonnantes aux deux partenaires. Mais il convient de l’aborder en douceur que l’on soit homme ou femme, actif ou passif.

En discuter ensemble pour lever les craintes et les appréhensions, utiliser un lubrifiant, pratiquer des caresses longtemps, prendre son temps, se détendre… La sodomie peut devenir un moment de plaisir intense.

Les nouvelles expériences sont très souvent bénéfiques pour le couple, ne vous en privez pas.

« Mets une capote, tu verras finalement c’est mieux comme ça » (Raggasonic)

D’après les gravures, « l’étui anti-reproduction » existe depuis 6000 ans avant JC. Ensuite diverses matières sont utilisées : vessie de chèvre, lin, intestin d’animal, boyau… (Source : wikipédia). Et enfin le préservatif caoutchouc tel que nous le connaissons apparaît en 1839.
Il a été perfectionné de nombreuses fois pour arriver à ce résultat très fin que l’on trouve aujourd’hui en pharmacie, grande surface et distributeurs.

King size, nervuré, perlé, parfumé, coloré, phosphorescent… Il existe des préservatifs pour tous les goûts et toutes les tailles.

Malgré cette qualité, un trop grand nombre de personnes se dispensent encore de l’utiliser.

Une enquête de 2017 indique qu’un français sur deux a déjà fait l’impasse sur l’utilisation du préservatif avec un amour de vacances. (Source : zavamed.com)

Seuls 43 % des étudiants et 58 % des lycéens utilisent systématiquement un préservatif lors de leurs rapports intimes (Etudes Opinion Way pour la SMEREP)

Outre la contraception, le préservatif, tout le monde le sait, sert à se protéger des Maladies Sexuellement Transmissibles.

Il existe de nombreux articles sur le sujet mais j’ai trouvé deux informations qui m’étaient inconnues jusque là :

Les études indiquent que les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes sont les plus exposés à une contamination par le VIH.

Le visuel ci-dessous montre que la relation anale passive (celui où celle qui se fait pénétrer l’anus par le pénis du partenaire) est la plus exposée aux risques.

(Source : catie.ca)

Alors, pourquoi ?

Ne pas en avoir sur soi, ne pas avoir envie d’interrompre l’autre, avoir confiance en son partenaire, manque de sensibilité, interruption…

Faire l’amour avec un préservatif, c’est comme manger un bonbon avec son papier. (Dicton brésilien)

Concernant les jeunes, lycéens ou étudiants, il y a encore une méconnaissance des risques à avoir des rapports non protégés avec des partenaires ponctuel(le)s.

Concernant les couples établis, le test semble être la meilleure solution avant l’arrêt de l’utilisation du préservatif.

Et qu’en est-il des couples illégitimes ?

Vous avez un amant depuis plusieurs mois et vous souhaitez arrêter les protections ? Mais qu’est-ce qui vous dit que vous êtes son unique maîtresse ? Et vous, n’avez-vous pas eu une autre aventure pendant un temps ?

Quand il s’agit de sexe, tout le monde ment, personne n’est honnête. Protégez-vous.

Je l’ai trompé(e)

La semaine dernière je parlais des fantasmes de chacun. Ils peuvent être compris, acceptés voire même assouvis en accord avec son partenaire.
Or si quelque chose se passe, sans que l’autre soit au courant parce que ça risque de le blesser, alors nous pourrions dire qu’il y a tromperie voire adultère.

Selon une étude de l’Ifop réalisée en 2014, 48% des hommes et 31% des femmes interrogés disent avoir été infidèles au moins une fois lors de relations passées, dont respectivement 5% et 3% « souvent » infidèles.

Tout est question de point de vue : un flirt, un baiser, un dîner, du sexe... Chacun place son curseur d’acceptation / de tromperie où il l’entend. Mais si votre conjoint ne le place pas au même endroit, c’est là que tout se complique !

A savoir : à Perpignan en 2015, le juge Borner a rendu un jugement en faveur d’une femme contre son mari : Sucer n’est pas tromper

Il y a eu tromperie ? Ok, c’est fait. Maintenant on fait quoi ? Est-ce qu’on lui dit ? Est-ce qu’on le/la quitte pour une raison « bidon » ? Est-ce qu’on continue comme si rien ne s’était passé ?

Brigitte Lahaie, à l’époque de son émission sur RMC « Lahaie, l’amour et vous » disait :
« Pourquoi lui dire et lui faire du mal ? Vous devriez garder votre culpabilité et ne pas la rejeter sur l’autre ».

Là aussi tout est question de point de vue, de tolérance et de répétition de la tromperie !

« Tromper ce n’est pas un accident. Tomber de sa bicyclette c’est un accident. Mais tu trébuches pas sur un vagin pendant 45 minutes sans faire exprès ». (Anonyme)

Continuer comme si rien ne s’était passé : c’est une solution si vous le vivez bien (et si vous ne recommencez pas, sinon posez-vous des questions sur le pourquoi).

« En commettant l’adultère, je suis cette personne à qui je mens en premier. » (Sandra Manegre)

Le/la quitter pour une raison-excuse : ce serait faire souffrir la personne qui ne comprendrait rien à la situation mais au moins vous avez peut-être une chance de conserver une relation amicale si vous vous en sentez tous les deux capables.

« Toute vérité n’est pas bonne à dire. » (Keen’V)

Lui dire et surtout qu’il/elle accepte la situation : il va falloir faire des efforts pour rétablir une situation saine et sereine. En effet votre conjoint risque de se sentir trahi, blessé, se remettre en question peut-être même !

« Ne jetez pas la pierre à la femme adultère, je suis derrière. » (Georges Brassens)

Laissez vous quelques jours avant de discuter avec votre conjoint. S’il/Si elle est en colère au point de vous insulter, repoussez la conversation à plus tard, c’est trop tôt. Surtout ne donnez pas de détails (même si il/elle en demande !), ça n’apporte rien au fait que vous ayez été infidèle si ce n’est de la douleur pour celui qui écoute.

« Vivre c’est prendre des décisions et en supporter les conséquences. » (Paulo Coelho)

Le temps : laissez lui le temps qu’il faudra pour qu’il/qu’elle vous fasse à nouveau confiance.

Parlez, communiquez, écoutez, prenez en compte ce qu’il/qu’elle dit.

Faites vous aider par un professionnel qui saura rétablir un dialogue constructif et efficace pour ressouder votre couple.

A retenir : si vous le voulez vraiment tous les deux, votre couple peut traverser cette épreuve.

Les femmes aussi aiment le sexe

La croyance est répandue que les hommes auraient des fantasmes « sexuels » alors que les femmes auraient des fantasmes plus « sentimentaux et romantiques ».

Or les femmes sont plus libérées qu’on ne le croit, pour preuve le nombre de femmes ayant eu des relations volontairement sans lendemain est assez important : en effet une étude de l’IFOP réalisée en 2014, indique que 44 % des femmes ont déjà eu des « plans Q » (et 60 % des hommes).

Il est faux de penser que les femmes sont plus prudes que les hommes. Chacun est différent, il existe des hommes sentimentaux comme il existe des femmes qui aiment le sexe juste pour le sexe.

Plusieurs enquêtes indiquent que les désirs les plus répandus des hommes sont le sexe à trois, le sexe dans les lieux publics, les clubs échangistes, le sexe filmé.

Et pourquoi les femmes n’auraient-elles pas des envies similaires ?!

Il s’avère, de manière générale, qu’elles recherchent du sexe (un peu) sauvage (sans parler de violence bien sûr) par un homme viril et pourquoi pas un inconnu ! Attention en proposant du sexe à plusieurs hommes, le côté « objet sexuel » pouvant être effrayant.

Ce qu’il faut retenir c’est que les hommes aiment que les femmes soient libérées, assument leur sexualité, prennent des initiatives. De leur côté les femmes aiment les hommes virils, masculins et musclés.

Encore cette même conclusion : dites les choses !

Messieurs, Mesdames, n’hésitez pas à parler de vos fantasmes. Ce ne sont, par définition, que des désirs, pas des besoins. Il y a peu de risque que votre partenaire le prenne mal (quelque soit la réponse, il faudra la respecter bien sûr) et au mieux, vous pourriez en rayer un de votre liste. Alors amusez vous 🙂